Bienvenue sur notre site
Proctalgie Fugace.info

Vous y trouverez les informations essentielles sur la cause du déclenchement de ces douleurs et leur traitement naturel.

Mise à jour : 04/07/2022    |    Auteurs : Dr Jonas Thomé, Dr Gilbert Meunier, Jean-Marc Wilvers

AVERTISSEMENT :
Ce site ne peut en aucun cas se substituer à votre traitement médical. Seul, un médecin dans l’exercice de sa profession peut poser un diagnostic et prescrire un traitement médical.

Crampes anales (proctalgie fugace) : causes et traitements

Les crampes anales, ou proctalgie fugace, concernent des millions de gens dans le monde. On en parle peu, mais elles sont très douloureuses. On vous dit qu’il n’y a rien à faire : juste vous relaxer ou pratiquer de la méditation.

Ne vous résignez pas. Il existe une solution. Une découverte récente à révélé la cause de leur déclenchement ainsi que leur traitement naturel. C’est la méthode des 3 étapes :

1. Connaître

Qu’est-ce que la proctalgie fugace?

La proctalgie fugace est le nom scientifique de la crampe anale, ou crampe à l’anus. Son nom vient du latin « proctalgia fugax », qui signifie « douleur au rectum qui ne dure pas longtemps ». D’autre part, on l’appelle aussi « douleur anorectale chronique », ou bien « douleur ano-périnéale », ou encore « névralgie pudendale du nerf honteux ».

Origine de la proctalgie fugace ou crampe anale.

L’origine de la proctalgie fugace est longtemps restée un mystère. Certaines sources l’attribuent à problème de contraction du releveur de l’anus. Selon d’autres, elle concernerait plutôt le sphincter interne ou externe. 

Intensité de la proctalgie fugace.

L’intensité des crampes anales est souvent très forte, comme des coups de couteau au niveau de l’anus. En réalité, ces crises surviennent surtout durant la nuit [11] [12].

Personnes les plus concernées.

Les crampes anales touchent le plus souvent des personnes de 25 à 60 ans, dont deux tiers de femmes [4] [5] [6]. On ne connaît pas de risque héréditaire. A vrai dire, ces douleurs concernent entre 3 et 10% de la population [7] [8] [9] [10]. Toutefois, on en parle généralement peu, et moins de la moitié des patients consultent, par pudeur ou par honte.

Fréquence et intensité des crampes anales.

La fréquence des crampes anales est très variable : cela varie d’une à deux fois par an, à plusieurs fois par jour.

Durée des spasmes. 

En réalité, la durée des crampes varie très fort d’une personne à l’autre [13] :
– très courte : une à cinq minutes;
– moyenne (dans la plupart des cas) : cinq à soixante minutes;
– exceptionnellement longue : une à deux heures. Parfois plus.
En général, les douleurs cessent complètement de façon spontanée [13].

Dangerosité de la proctalgie fugace.

La proctalgie fugace (ou crampes anales) n’est pas une maladie et n’est pas grave en soi. En fait, elle est seulement douloureuse et a des conséquences négatives sur le sommeil. Pour cette raison, la qualité de vie du souffrant est aussi altérée.

Bien qu’extrêmement douloureuses, les crampes anales sont totalement anodines et ne nécessitent pas d’examens.

7

Quel médecin spécialiste consulter ? 

Le médecin généraliste.
En fait, jusqu’il y a peu de temps, il n’existait aucun traitement efficace, et les médecins généralistes étaient très mal informés, certains réfutant même l’existence des crampes anales. En effet, de nombreux généralistes prétendaient que c’était « psychologique »… Dès lors, lorsqu’ils consultaient, les patients se sentaient souvent « abandonnés » à leur sort.

Le spécialiste de la région anale.
Normalement, tout ce qui concerne les problèmes de l’anus est du ressort du proctologue ou du gastroentérologue. Dans certains pays, les proctologues prescrivent certains médicaments, mais les effets secondaires sont souvent plus importants que les bienfaits. En Europe, on se contente souvent de faire des examens (peu utiles) et de rassurer le patient sur le fait que ce n’est pas grave. En fin de compte, jusqu’à présent, il n’y avait pas de solution à proposer contre les crampes anales. 

Heureusement, on commence à s’intéresser aux causes essentielles et au fonctionnement de la crampe anale, pour mieux l’éviter. Une nouvelle méthode, très efficace, consiste à neutraliser la cause de son déclenchement.

Le spécialiste des crampes.
En fait, en ce qui concerne les crampes (aussi bien aux jambes qu’à l’anus), il n’y a pas vraiment de spécialité médicale, car les crampes ne sont pas une maladie.

2. Comprendre

Comment fonctionne la crampe anale ?

Selon l’état actuel des connaissances, on ignorait la cause de la proctalgie fugace. La théorie la plus probable serait que l’origine du déclenchement de la crampe anale est un déséquilibre ionique de la région rectale. Autrement dit, un excès d’ions positifs (protons) et un manque d’ions négatifs (anions). 

Ce déséquilibre génère une source d’électricité statique dans la région rectale, qui provoque l’émission de micro-signaux électriques parasites vers les sphincters. Par conséquent, ceux-ci les interprètent comme des « signaux » venant du cerveau, et leur ordonnant de se déclencher. C’est la crampe anale.

Fonctionnement du muscle

Pour comprendre comment la crampe se déclenche, voyez la composition du muscle strié squelettique. Le muscle strié squelettique¹ est formé de faisceaux², composés de fibres musculaires³, elles-mêmes composées de myofibrilles⁴. Ces myofibrilles sont formées de dizaines de milliers de sarcomères⁵, (jusqu’à 100.000 sarcomères dans certains muscles), qui seront à la base de la contraction du muscle, comme illustré dans l’animation suivante.

Comment fonctionne la contraction des muscles striés squelettiques ?

Les sarcomères⁴ ⁵  sont la CLÉ de la contraction des muscles. Le cerveau leur envoie en effet un influx nerveux (micro-signal électrique) qui transite par la moelle épinière, via les nerfs.

Et ces sarcomères vont se contracter et gonfler légèrement tous ensemble, ce qui se traduira par la contraction du muscle.

On peut voir sur cette animation les filaments fins d’actine qui glissent au milieu des filaments épais de myosine qui se contractent et se relâchent.

Et dans le cas de la crampe anale ?

Dans ce cas, les ordres de contractions ne viennent pas du cerveau, mais de la décharge « accidentelle » de l’électricité statique accumulée dans les muscles.

La neutralisation de cette électricité statique est donc le traitement le plus efficace, sans contre-indication ni effets secondaires.

Pourquoi a-t-on des crampes ?

Dans certaines circonstances (manque de magnésium, âge, grossesse, prise de certains médicaments,..) nous avons trop d’ions positifs dans certaines parties du corps.

L’équilibre ionique est rompu¹ et favorise la production d’électricité statique qui ordonne au muscle de se contracter : c’est la crampe.

Connaître et comprendre pour mieux solutionner.

Comment éliminer la cause de la proctalgie fugace ?

La solution est simple : l’excès d’ions positifs¹  provoquant une source d’électricité statique²  déclenche les crampes anales. Pour éviter cela, il suffit de rééquilibrer les ions en plaçant un matériau riche en ions négatifs sous les fesses, comme le petit duvet antistatique MAGICRAMP, qui va céder des ions négatifs³ pour rétablir l’équilibre ionique. Et les crampes anales disparaissent définitivement dès le premier jour. 

En résumé :

– la cause du « déclenchement » des crampes est un excès d’électricité statique.
– la solution : neutraliser cette cause, et les crampes disparaissent définitivement.

3. Traiter

Les traitements qui fonctionnent peu ou pas.

De nombreux médecins tentent simplement de rassurer le patient sur la bénignité du problème [14] [15] [16] [17], ou prescrivent des sprays, difficiles à mettre en place, car la crise est toujours imprévisible. Ce n’est donc pas efficace.

Les patients sont généralement déçus et sont demandeurs d’un traitement spécifique efficace en raison de leurs crises de PF particulièrement intenses, prolongées et/ou fréquentes.

Le traitement radical de la proctalgie fugace:

Supprimer la cause du déclenchement des crampes anales.

Imaginez vos crampes nocturnes disparues à jamais… Un rêve ? NON ! Une possibilité à votre portée. Il vous suffit de neutraliser la cause de leur déclenchement.

Cette méthode naturelle est la plus efficace disponible actuellement.

Enfin une solution naturelle et efficace contre les crampes anales.

Efficacité de cette méthode.

A vrai dire, si vous neutralisez la cause du DÉCLENCHEMENT des crampes anales, elles disparaissent naturellement dès le premier jour. C’est simple et  efficace !

Études cliniques.

– une pré-étude sommaire est en projet pour tester cette méthode.

– une étude clinique en double aveugle avec placebo serait nécessaire pour confirmer l’efficacité de cette méthode et la faire connaître auprès de tous les proctologues. Nous espérons qu’elle sera mise en place prochainement.

En quoi consiste ce traitement ?

Le MAGICRAMP élimine les crampes nocturnes, même les plus fortes, dès le premier jour et est efficace dans 90% des cas.

C’est l’invention d’un chercheur belge, primée au Salon Mondial de l’Invention de Bruxelles en 1995.

Développé depuis 1995 par une petite société familiale belgo-brésilienne, il se présente sous la forme d’un petit duvet antistatique destiné à rétablir l’équilibre ionique de la région rectale. Son utilisation est très facile, et ne nécessite aucun entretien.

Il se place simplement sous les fesses, entre le drap et le matelas, pour neutraliser l’excès d’électricité statique qui est responsable du déclenchement des crampes. Le contact avec le MAGICRAMP est important afin de bien rétablir l’équilibre ionique.

Attention : il est important de se reposer d’abord 4 ou 5 minutes sur le dos avant de se tourner sur le côté pour dormir. De cette façon, les fesses sont bien en contact avec le MAGICRAMP, afin de bien décharger l’électricité statique.

Vous cherchez avant tout :
– un remède naturel contre vos crampes à l’anus

✓ il neutralise l’excès d’électricité statique responsable des crampes anales.

– en finir définitivement avec ces douleurs

✓ si vous avez encore UNE SEULE crampe anale dans les 120 jours, vous êtes REMBOURSÉ.

– un traitement qui agit dès le premier jour

✓ les crampes anales disparaissent dès le premier jour.

– une solution facile à utiliser au quotidien

✓ pas de raccordement électrique, ni de piles ou batterie.

Cela fonctionne vraiment dès la première nuit ?

OUI. Dans 90% des cas. Sinon, vous êtes remboursé.

Bientôt, vous allez pouvoir retrouver un sommeil de rêve, sans crampes anales. 
Imaginez vos nuits plus calmes sans ces douleurs.

Sans le magicramp

Quand la crampe survient, les sphincters se contractent involontairement.

Ils sont hors de contrôle de votre volonté, et c’est la crampe.

Avec le magicramp

Les sphincters ne reçoivent plus de décharges électrostatiques, et ils restent détendus.

Vous passez vos nuits sans crampes anales, sans douleurs.

Eux aussi ont éliminer leurs crampes !

Les témoignages suivants sont garantis 100% sincères et véritables.

⇨ Sarah, Suisse (37 ans) : durant plus d’un an, elle a eu en moyenne deux crampes anales par mois, qui duraient de 15 à 45 minutes puis se prolongeaient par des douleurs abdominales. Les six derniers mois, elle n’a eu qu’une seule douleur : elle avait oublié de reposer les fesses (en position sur le dos) quelques minutes sur le MAGICRAMP avant de s’endormir sur le côté. Elle est maintenant heureuse de ne plus avoir ces douleurs horribles.

Le témoignage de Sarah par écrit :

Bonjour.

Je m’appelle Sarah. J’ai 37 ans et j’habite en Suisse. Cela fait environ 1 an que j’avais commencé à avoir des crampes anales. La première fois, je ne me suis pas trop inquiétée, mais quelques semaines plus tard elles sont revenues à raison d’une toutes les deux semaines. Mes crampes anales étaient très douloureuses et duraient en général 20 à 45 minutes, puis cela se prolongeait par des douleurs abdominales. 

Je n’avais pas envie d’en parler à personne, car c’est toujours un peu délicat de parler de ce genre de chose, même à son médecin. 

Un soir, j’ai eu tellement mal, que j’ai dû me résoudre à appeler un taxi pour me rendre aux urgences. Là, le médecin de garde a suspecté une appendicite. Fausse alerte, finalement. Mais quand j’ai insisté sur la localisation de mes « crampes », il m’a regardé bizarrement. Apparemment, il me prenait pour une folle. Alors, j’ai repris un taxi et suis rentrée chez moi, vexée et désespérée. J’ai laissé tomber la piste « médicale ».

Alors, j’ai cherché des infos sur internet, j’ai découvert le site proctalgiefugace.info, que j’ai étudié avec intérêt. J’étais surtout rassurée de ne pas être la seule à souffrir de ce problème. Et même que ces douleurs portaient un nom : une proctalgie fugace ! Joli nom, ceci dit en passant. Mais dans la réalité, ce n’est pas très glamour.

Après tout lu, j’ai décidé de contacter le responsable de la société qui fabrique ce MAGICRAMP. J’ai appelé un dimanche soir pour vérifier s’ils répondaient bien au téléphone 7 jours sur 7, comme annoncé… Et là, j’ai été étonnée : ledit responsable m’a écoutée attentivement, m’a tout expliqué en détail. Je l’ai trouvé très disponible (même un dimanche soir) et très humain. En bref, il m’a rassurée.

Je me suis donc décidée à commander le MAGICRAMP, en me disant que si ça ne fonctionnait pas je serais obligée de consulter mon médecin.

Cela maintenant plus de six mois que je n’ai plus de crampes anales, sauf une seule fois parce que j’avais oublié de me relaxer en position sur le dos avant de m’endormir.

Il y a quelques temps, j’ai consulté mon gynécologue et j’ai voulu lui expliquer ce que j’avais eu, et comment je les avais éliminées. Il m’a à peine écoutée et m’a lancé un « Ah bon… » et puis c’est tout. Il n’a même pas cherché à savoir comment j’avais résolu ce problème. Ca ne l’intéressait apparemment pas.

J’aurais voulu avoir de mon médecin une oreille attentive. Grosse déception. J’ai repensé à ce responsable de la société du MAGICRAMP qui avait pris tout le temps de tout m’expliquer un dimanche soir, alors qu’il était en famille. Il n’était même pourtant pas médecin, que je sache. mais au moins, il m’a écoutée, il m’a rassurée, et son MAGICRAMP m’a complètement soulagée de mon problème…

⇨ Pierre, France (58 ans) roule beaucoup en voiture pour son travail, et souffrait de fortes crampes à l’anus quasi tous les jours, de jour comme de nuit. Maintenant, depuis qu’il utilise le MAGICRAMP, il n’en a plus.

Pierre accepte de parler avec d’autres souffrants ou des médecins. Cliquez ici pour recevoir son n° de téléphone.

Le témoignage de Pierre par écrit :

« Je souffrais de crampes très fortes à l’anus depuis une dizaine d’années. Les crises étaient quasi tous les jours et duraient en moyenne de 10 à 30 minutes, voire plus. Au début, elles survenaient principalement la nuit, mais progressivement elles ont aussi apparu durant la journée.

Je n’en ai parlé à personne, à l’exception de mon épouse, bien sûr, qui m’encourageait à en parler à notre médecin, ce que je refusais toujours, à cause d’un sentiment profond de gêne. On peut parler de honte, même vis-à-vis du médecin.

Il y a deux ans, j’ai eu une crampe anale terrible au volant, qui a même failli provoquer un grave accident sur l’autoroute. J’en ai été traumatisé, au point que j’ai pensé à abandonner ou changer de boulot.

En rentrant à la maison, désespéré, j’ai cherché sur « Docteur Google » (rires) et j’ai trouvé de nombreux
sites, dont un qui parlait du MAGICRAMP, censé éliminer complètement les crampes anales dès le premier jour.
J’avais envie de l’acheter, mais j’étais méfiant. C’était trop beau pour être vrai.

J’ai finalement cédé aux insistances de ma femme à me faire voir le médecin à ce sujet. Je lui en ai parlé sincèrement. Il a tiré de grands yeux étonnés, et m’a dit que ça devait être psychologique, ou alors à cause du stress. Je lui ai demandé son avis sur ce MAGICRAMP que j’avais vu sur internet. Il a éclaté de rire et m’a répondu : « Si c’était vrai, ça se saurait ! Non, Monsieur, ne vous laissez pas attraper par toutes ces arnaques. Mais si vous avez de l’argent à jeter par les fenêtres, c’est votre droit… ». Il m’a ensuite posé plein de questions, puis m’a recommandé de marcher une demi-heure le soir avant de me coucher, ce que je faisais déjà souvent mais en vain. Il m’a alors conseillé de faire des exercices de cohérence cardiaque, des exercices de respiration durant cinq minutes. Je les ai faits durant environ deux semaines, mais ça n’a rien changé à la fréquence ni à l’intensité des crampes.

Je suis alors retourné sur ce fameux site parlant de la proctalgie fugace (le nom scientifique des crampes anales) et de ce duvet antistatique qui l’élimine. J’ai relu trois fois le site et examiné les quelques témoignages en vidéo, qui avaient l’air sincères, contrairement à certains sites. J’hésitais, et c’est ma femme qui m’a dit « Essaie et tu verras ». Je me suis dit que je perdais moins à risquer de me faire arnaquer que de risquer de rater une occasion de guérir de mon problème. Quand j’ai reçu mon MAGICRAMP, je n’ai pas ressenti de joie. J’étais plutôt méfiant. Je me suis même dit que ce petit duvet n’allait certainement pas résoudre mon problème. Mais j’ai essayé. Je l’ai bien placé entre le drap et le matelas, juste sous les fesses… Un jour, deux, trois,… Une semaine passe. Toujours pas de crampes anales. En journée, j’avais pris soin de le placer sur mon siège sous les fesses.

J’étais heureux, mais je refusais d’y croire. Ma femme rigolait : « Tu vois, tu ne voulais pas y croire…! ». Et c’est vrai que si elle n’avait pas insisté, je ne l’aurais pas acheté.

Les mois ont passé. Cela fait maintenant deux ans ! Deux ans que je ne sais plus ce que c’est qu’une crampe à l’anus. Quand ma maman m’a dit un jour qu’elle ne dormait pas la nuit car elle souffrait toutes les nuit de fortes crampes aux mollets, j’ai pensé tout de suite à mon petit duvet, dont il existait aussi un modèle
pour les crampes aux jambes. J’ai téléphoné au vendeur pour en commander deux, et j’ai discuté avec l’inventeur de ce fameux MAGICRAMP. C’est lui qui m’a dit que si je faisais un petit témoignage, ça lui ferait un très grand plaisir. J’ai accepté de suite, en guise de remerciement, car son invention a vraiment changé ma vie. Et celle de maman aussi, car depuis elle n’a plus de crampes aux mollets non plus.

Je suis vraiment heureux d’avoir trouvé ce MAGICRAMP, et je regrette surtout de ne pas l’avoir essayé plus tôt.

Concernant les médecins, je trouve fort dommage que mon médecin traitant ne m’ait pas proposé de rencontrer un « proctologue », car je ne savais pas qu’il existait des spécialistes de l’anus… Je ne sais pas non plus s’ils connaissent ou recommandent le MAGICRAMP. En tout cas, mon médecin généraliste semblait tout ignorer de ce problème. Par la suite, je lui en ai parlé et expliqué que j’avais trouvé cette solution, mais il n’a
eu qu’un haussement d’épaules. Me croyait-il ? Je ne pense pas.  En tout cas, il ne paraissait pas s’y intéresser. Suite à cela, j’ai d’ailleurs changé de médecin de famille. Je trouve bien dommage que certains médecins prêtent plus attention aux discours des délégués médicaux qu’à l’expérience de leurs patients ».

⇨ Virginie (60 ans, France) : voyez son témoignage en vidéo, et son témoignage détaillé par écrit :

Le témoignage de Virginie par écrit :

Bonjour.

Je m’appelle Virginie et je vais avoir 60 ans. Depuis une trentaine d’années, je souffrais plusieurs fois par mois de douleurs anales qui se déclenchaient la nuit et qui me faisaient terriblement souffrir pendant 1h à 1h30. Mes nuits étant souvent hachées, j’étais épuisée au quotidien. J’ignorais totalement de quoi il s’agissait, imaginant que cela venait de mes intestins qui me font souffrir depuis toujours.

Par ailleurs je suis fibromyalgique, aussi mettais-je ces douleurs supplémentaires sur le compte de toutes les douleurs que je ressens au quotidien. Seul mon mari était au courant et je n’osais en parler à personne, pas même à mon médecin. J’avais honte, je craignais l’examen. Il faut également ajouter que depuis toutes ces années que je ressens de multiples douleurs sans que les examens cliniques ne révèlent quoi que ce soit, les divers médecins m’avaient convaincue que « c’était dans ma tête », comme ils disaient. « Vous êtes stressée, vous somatisez. Il faut vous détendre ! » Bref j’étais peut-être folle, je m’inventais tous ces maux, y compris lesdites crises à l’anus.

Et puis il y a 5 ans, ce fut la crise de trop. Je n’en pouvais plus. J’ai osé taper sur internet : « douleurs à l’anus ». Et là, j’ai appris à mettre un nom sur ce qui me pourrissait la vie : la proctalgie fugace. Et je découvrais que beaucoup de gens en étaient atteints. On pouvait donc avoir des crampes à l’anus, comme pour les mollets ou les orteils ?

Rien que de mettre un nom sur ces douleurs m’apaisait déjà. Les nommer était formidable, mais y-avait-il un remède ? Après avoir compris le phénomène d’excès d’électricité statique provoquant les spasmes des muscles autour de l’anus, mes recherches sur internet m’amenaient très rapidement sur la solution du Magicramp. Ce petit duvet antistatique avait soi-disant la capacité de faire disparaître mon cauchemar.

Ca me paraissait vraiment trop beau pour être honnête ! J’étais tellement désespérée que j’étais prête à tout.

Et finalement, après avoir tout lu et relu sur le site du MAGICRAMP, je me suis laissée convaincre. Après tout, c’était la seule chose que je n’avais pas encore essayée. Et puis, au pire, je perdrai une bonne centaine d’euros, j’étais prête à essayer, tant pis si je me faisais arnaquer, car s’il y avait la moindre chance de me débarrasser de ces terribles douleurs, je voulais la tenter. Quand j’ai reçu mon petit duvet, je l’ai immédiatement installé sous le drap housse, sous mes fesses. Depuis ce jour, je n’ai PLUS JAMAIS EU DE CRISE nocturne. C’est tout simplement magique. J’ai rigolé en pensant d’où venait ce nom de MAGI-cramp!

Une seule fois en 5 ans, en journée, j’ai senti une crise monter. Par chance j’étais à la maison et je suis immédiatement allée m’asseoir sur le bord de mon lit, sur le Magicramp. Au bout de quelques minutes j’ai senti la crise diminuer puis disparaître, comme un monstre qui avait tenté une attaque sournoise et avait été maté, renvoyé dans sa tanière. Ce fut d’ailleurs sa seule tentative !

Mon Magicramp me suit partout : en déplacement à l’hôtel, en vacances. Ma seule crainte est de l’oublier un jour. Et puisqu’il est si efficace pour la proctalgie fugace, j’en ai commandé un autre pour les crampes des orteils et des mollets. Là encore c’est formidable. Rien que du bonheur.

Mon seul regret ? Avoir perdu 30 ans à chercher une solution. Trente ans de peur chaque soir en me couchant. Ces crampes m’ont pourri la vie. Heureusement, aujourd’hui, ce n’est plus qu’un mauvais souvenir. J’espère que des études cliniques seront bientôt entreprises pour démontrer les effets incroyables de la neutralisation de l’électricité statique sur les crampes anales, et la faire connaître à tous ceux qui en souffrent.

Garantie.

Le MAGICRAMP est garanti 100 % satisfait ou remboursé.

Si vous avez encore UNE SEULE crampe anales dans les 120 jours (6 mois), vous êtes remboursé.

Aujourd’hui, vous avez l’opportunité de mettre fin à ces douleurs.

Investissez dans une thérapie naturelle et sans AUCUNE contre-indication, ni AUCUN  effet secondaire.

C’est un des seuls traitements naturels réellement porteurs d’espoir pour les personnes souffrant de crampes anales. Le MAGICRAMP est la solution.

Comment procéder concrètement :

1. Si vous n’êtes pas entièrement convaincu, si vous souhaitez plus d’infos, ou si vous souhaitez être rassuré de ne pas tomber sur une arnaque, appelez personnellement Jean-Marc WILVERS, l’inventeur du MAGICRAMP, sur le téléphone de votre pays (voir les téléphones…).

2. Quand vous êtes convaincu, vous cliquez ci-dessous pour passer votre commande.

3. Après un ou deux jours d’utilisation, vous appelez personnellement Jean-Marc WILVERS, afin de lui faire part du résultat :
– soit vous êtes entièrement enchanté;
– soit certaines crampes persistent. Dans ce cas, il vous donnera des conseils personnalisés afin d’y remédier;
– soit vous n’êtes pas satisfait, et vous êtes remboursé.

Sources :

1. Thaysen TE. Proctalgia fugax. Lancet 1935 ;2 : 243-6
2. Douthwaite AH. Proctalgia fugax. Br Med J 1962 ; 2 : 164-5. 14. R
3. https://www.em-consulte.com/article/707274/references/etude
4. Thompson WG. Proctalgia fugax. Dig Dis Sci 1981 ; 26 : 1121-4.
5. Pilling LF, Swenson WM, Hill JR. The psychologic aspects of proctalgia fugax. Dis Colon Rectum 1972 ; 8 : 372-6. 6. De Parades V., Etienney I., Bauer P., Taouk M., Atienza P. Proctalgia fugax: demographics and clinical characteristics. What every doctor should know from a prospective study of 54 patients Dis Colon Rectum 2007 ;  50 : 893-898 [cross-ref]
7. Ibrahim H. Proctalgia fugax Gut 1961 ;  2 : 137-140 :  [cross-ref]   https://gut.bmj.com/content/2/2/137
8. Boyce P.M., Talley N.J., Burke C., Koloski N.A. Epidemiology of the functional gastrointestinal disordersdiagnosed accordind to Rome II criteria: an Australian population based study Intern Med J 2006 ;  36 : 28-36 :  [cross-ref] https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1445-5994.2006.01006.x
9. Thompson W.G., Heaton K.W. Proctalgia fugax JR Coll Physicians Lond 1980 ;  14 : 247-248
10. Drossman D.A., Li Z., Andrussi E., et al. US householder survey of functional gastrointestinal disorders. Prevalence, sociodemography, and health impact Dig Dis Sci 1993 ;  38 : 1569-1580  [cross-ref] https://link.springer.com/article/10.1007/BF01303162
11. Eckart V.F., Dodt O., Kanzler G., Bernhard G. Anorectal function and morphology in patients with sporadic proctalgia fugax Dis Colon Rectum 1996;  39 : 755-762
12. McEwin R. Proctalgia fugax Med J Aust 1956 ;  43 : 337-340 13. Nidorf DM, Jamison ER. Proctalgia fugax. Am Fam Physician 1995 ; 52 : 2238-40.
14. Thompson WG. Proctalgia fugax. Dig Dis Sci 1981 ; 26 : 1121-4. 

15. Pilling LF, Swenson WM, Hill JR. The psychologic aspects of proctalgia fugax. Dis Colon Rectum 1972 ; 8 : 372-6.
16. Wald A. Anorectal and pelvic pain in women. J Clin Gastroenterol 2001 ; 33 : 283-8.
17. Nidorf DM, Jamison ER. Proctalgia fugax. Am Fam Physician 1995 ; 52 : 2238-40.